voluntario_medium_1

Avant et aprés: quelques histoires d’animaux

Sissa (Lagothix poepiggi), Roberto (Saimiri sciureus), Pedrita (Nasua narica), Misha (Leopardus pardalis), Harry (Nasua nasua), Kinky (Potos flavus), Alain (Saguinus fuscicollis), Adam (Lontra longicaudis).

Qu’est-ce qu’ont en commun tous ces bébés ?

Ils ont tous été séparés de leurs habitats et du sein de leurs mères par des chasseurs. L’égoïsme et l’ignorance humaine a changé la vie de ces animaux pour toujours. Aujourd’hui, l’équipe du Paseo de los Monos raconte l’histoire de quelques-uns de ces animaux d’Amazonie en espérant que leurs histoires servent á apprendre aux gens qu’ils ont eu, qu’ils ont  ou qu’ils prévoient d’offrir á ces animaux une vie qui ne leur correspond pas. Etre un animal de compagnie n’est pas le rôle d’un animal sauvage.

copy-1-of-alain-medium

liberacion-kinkajou-medium

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Siisa : singe laineux, elle est arrivée au Paseo de los Monos en 2006 alors qu’elle était âgée de quelques mois, pleine de parasites, son corps brûlé par ses propres excréments.

sisa-despues-medium1

Elle a récupéré sa santé et vit actuellement en semi-liberté dans un parc de 1000 m2 avec le groupe de Sambo, qui compte six membres. Comme elle, des milliers de singes sont capturés alors que leurs pères et mères sont tués pour leurs viandes, les bébés étant vendu au marché noir.

Roberto : Petit singe écureuil de quelques mois souffrait de mal nutrition et parasites. Suite á ses traumatismes, il n’a pas pu être intégré au groupe de singes écureuil libres qui vivent au refuge mais il a une vie tranquille avec deux capucins noir femelles. Son comportement imprévisible et agressif est dû aux mauvais traitements dont il a souffert.

saimiri-antes-medium
Pedrita : espèce rare de coati mundi, a été confisquée á Quito par le Ministère de l’environnement alors qu’elle était âgée de quelques mois. Elle vit actuellement avec deux autres coatis dans une parcelle de forêt.

dsc04326-medium
Misha : elle nous a été emmenée par les chasseurs indigènes qui ont tué sa mère. Les margays, félins en voie d’extinction en Amazonie sont principalement chassés pour leurs peaux. Misha a eu la chance de ne pas être vendue comme animal de compagnie et d’avoir été livrée au refuge où elle a grandi. Elle vit aujourd’hui dans un parc du Paseo de los Monos.

mischa1-medium1
Harry et Kinki : Ce coati et ce kinkajou étaient âgés de quelques mois lorsqu’ils sont arrivés au Paseo de los Monos. Ils ont en commun la cicatrice de la corde qui les attachait, lors de leur captivité.  Très jeunes, ils ont été attachés á la ceinture par une corde si serrée qu’ils en porteront la marque toute leur vie. Nous ne pouvons pas imaginer la souffrance de ces deux bébés qui ont été arrachés à leurs mères en période de lactance puis attachés, humiliés et maltraités. Aujourd’hui, harry est un grand mâle près de l’âge adulte, vivant dans une forêt du Paseo de los Monos alors que Kinki suit son chemin de réhabilitation.

harry-medium-medium
coati-despues-medium
13078225_1039294859474445_79242797_o
12986645_1039291896141408_224125176_o
Alain : C’est un tamarin qui a été acheté pour 30 USD par une famille au marché local. Ils l’ont vu dans un panier et, par pitié l’ont acqui pour le livrer á un refuge dans le but d’une libération. A son arrivée, il avait des sécrétions dans la bouche et le nez. A la première observation, il paraissait souffrir de tuberculose. Ensuite, il nous regardait, terrorisé en essayant de s’enfuir ; c’est alors que nous somme aperçu qu’une ficelle l’étranglait, tant serrée qu’il nous a été très difficile de la couper.  Il nous a suivi plusieurs mois de traitement et a finalement été libéré.

chichico-despues-medium
Adam : Cette loutre a perdu sa mère quelques jours après sa naissance. Elle avait encore les yeux fermés lors de son arrivée au Paseo de los Monos. Après plusieurs mois de recherche et de soins, cette jeune loutre a pu connaitre la vie en forêt. Elle a d’abords grandi parmi les singes et a ensuite appris à vivre comme une loutre. D’abords accompagnée puis seule, elle se rendait á la rivière Chilcayacu où elle a appris à nager et pécher. Lorsqu’elle a atteint une année et demi, une équipe de biologistes de Quito ont armé un programme sérieux de libération dans le parc national Llanganate.

nutria-antes-medium
nutria-despues-medium1
En analysant les histoires de ces vies, résumées en quelques lignes, nous devons approfondir le grave problème du trafic d’animaux sauvage au niveau local, national et international. Chaque année, des milliers d’animaux sont extrais de la forêt pour les services humains. Services dont nous pouvons nous passer et qui nous préjudicient.

dsc03912-medium-medium

Les animaux maintiennent l’équilibre des forêts, et, au final, de la planète en régulant le nombre de spécimens, en alimentant le sol, en semant les graines, en polonisant, etc. Sans eux, il n’y aurait pas de vie. En plus, ils embellissent, donnent mouvements et couleurs á la Création, nous enseignant le parfait dessin de la nature et l’évolution.

Pourquoi la réhabilitation de la vie sauvage est-elle importante ?

Elle facilite la diffusion et l’éducation
Elle fortifie la situation de certaines espèces
Elle permet la conservation la génétique de certaines espèces en voie d’extinction
Elle élargit les connaissances sur la santé, récupération et biologie des animaux sauvages

dscn0484-medium

Comment aider ?

Le programme de volontariat du Paseo de los Monos reçois les personnes du monde entier qui aiment la nature et veulent faire quelque chose pour elle.
La vie des conservateurs n’est pas facile : il leur parait nager á contrecourant mais elle est fascinante. Nous avons besoin de l’aide de tous pour que l’effort de quelques un ait un résultat global.

dscn2275-medium
img_3142